Je suis Liz Peat ; Je suis professeur principal de l'école primaire catholique de St Jérôme. L'école relève de l'autorité pédagogique de Sefton et est dirigée par l'archidiocèse de

Liverpool, l'église catholique romane.

 

Y avait-il les raisons particulières qui ont rendu votre école appropriée pour mettre en œuvre ce projet de technologie d'énergie renouvelable ?

 

Malheureusement, notre école originale a brûlé et le feu a détruit toute l'école. Ainsi nous avons réellement eu une « feuille de papier blanc » qui nous a permis de concevoir une école totalement nouvelle. Le fait que nous ayons eu une « feuille de papier blanc » signifiait que nous pouvions réellement nous asseoir et réfléchir à ce que nous voulions vraiment pour notre nouveau bâtiment et nous avons prendre tous les enjeux en considération, les enjeux environnementaux, d'entretien et de coûts et cela a été une véritable opportunité d'installer réellement les dispositifs d'énergie efficaces dans le bâtiment.

 

Ainsi diriez-vous que c’est-vous une école du futur ?

 

Au moment où vous envisagez de construire une nouvelle école, « l'école du futur » était une expression qui nous a beaucoup réunis et c’est exactement ce que nous avons voulu et c’est heureusement ce que nous avons obtenu.

 

Ainsi quelles sont les technologies que vous avez utilisées dans votre école ?

 

Nous avons une turbine éolienne dehors, non loin de l’entrée de l'école. Nous avons également des panneaux solaires et des cellules photovoltaïques. Nous avons en plus complété le système avec d'autres équipements durables et avons regardé chaque partie de l'école pour voir comment nous pouvions optimiser l’école d’un point de vue énergétique. Y compris un toit de sedum qui fournit une excellente isolation et c’est un point très significatif dans l'école.

 

Quelle quantité d’énergie est fournie par des technologies d'énergie renouvelable ?

 

C’est difficile de dire parce que nous en sommes aux premiers stades mais nous pensons qu'environ 15% de l'électricité est fourni par les dispositifs que nous avons.

 

Ainsi dans la part d’énergie que vous devez acheter êtes-vous capable d’acheter une énergie verte ?

 

Non, nous ne pouvons acheter aucune énergie verte. Le reste de notre énergie est négocié réellement par l'Autorité locale d'éducation et est acheté en vrac pour toutes les écoles relevant de l’Autorité.

 

Quels sont les avantages d'employer les technologies d'énergie renouvelable que vous avez mises en application ? Y a t’il des avantages pratiques, en termes de coût... ?

 

Nous espérons qu'il y a des avantages dans toutes ces catégories, en terme de coût de maintenance et pour les questions environnementales. Notre souci principal est l'éducation des enfants et nous espérons instruire nos enfants à l’idée d’employer des ressources d'énergie efficaces dans le futur. Les enfants sont très excités à cette idée et ils comprennent bien que les ressources que nous avons dans l'école et que nous employons sont un outil très important en terme de pédagogie. Ainsi le futur des enfants est l’enjeu le plus important. Mais à côté de cela, il y a évidemment quelques économies qui sont réalisées et l'entretien semble être, jusqu'ici, très minimal. Donc en tout et pour tout, nous répondons aux trois enjeux principaux.

 

Et comment ces technologies ont-elles été financées ?

 

Quand l'école a brûlé, nous avons eu l'aide de notre parlementaire local qui nous a soutenu tout au long de notre épreuve. Je me suis engagée auprès des parents en leur promettant de construire une merveilleuse école, une école pour le futur. Notre Député nous a soutenu en cela en se rendant auprès du gouvernement, est parvenu à nous assurer de financements supplémentaires de la part du gouvernement et nous avons reçu un demi-million de livres supplémentaire pour financer le développement durable de l'école.

 

Quelles sources d'informations avez-vous dû utiliser pour vous renseigner sur les technologies d'énergie renouvelable quand vous vous êtes engagés dans ce projet ?

 

Eh bien, un architecte a été immédiatement nommé et dès que nous avons su que nous étions susceptibles d'avoir des aides supplémentaires, il a alors effectué beaucoup de travail de conseil, il est parti rencontrer toutes les sortes d’agences, et par un certain nombre de présentations, il a pris cela en charge en notre nom et il a impliqué des gouverneurs, l'autorité locale et l'église pour prendre réellement les décisions finales quant aux  dispositifs nous allions employer.

 

Et étiez-vous impliquée dans certaines de ces actions de conseils ?

 

Ah ! Oui, oui j'ai été impliquée tout au long du processus, quelques parties techniques me passaient au-dessus de la tête mais j’avais autour de moi des personnes qui savaient en toute certitude de quoi elles parlaient. Nous avons été impliqués en permanence.

 

Et, finalement comment résumeriez-vous votre expérience concernant l’emploi des technologies d'énergie renouvelable à la fois dans leur mise en oeuvre et dans la période qui s’est écoulée depuis ?

 

Cela a été une expérience très passionnante pour nous. Les enfants ont pu observer l'école pendant sa construction. Ils ont vu ériger une turbine à vent, ils ont vu les panneaux solaires et les panneaux photovoltaïques soulevés et mis en place. Ce fut un outil d'éducation réellement fantastique et nous l'avons inclus dans le programme d'études de sorte qu'ils puissent mesurer réellement combien d'électricité a été produite pendant les jours ensoleillés, en comparaison aux jours de pluie … cela a été un très bon outil d’enseignement. Cela a aussi été un très bon outil pédagogique pour le futur et ils en parlent – peuvent-ils avoir une turbine à vent derrière chez eux dans leur jardin ? Des choses comme cela. Cela a vraiment semé la graine en eux. Et les choses semblent bien augurées pour le futur dans la mesure où ils ont un ressenti sur la production d’électricité et d'énergie.

Quant à l'entretien jusqu'ici... nous ne sommes dans le bâtiment que depuis douze mois et l'entretien a été... bon il n’y a pas eu d’enjeu lié à l’entretien, aucun jusqu'ici. Je sais que la turbine à vent aura besoin d'un contrôle annuel, même si elle fonctionne seule. Les panneaux photovoltaïques et solaires n'ont besoin de rien. Jusqu'ici c'est très, très positif. Et il y a eu des économies, des économies de coûts. Il est difficile de dire à combien cela se monte à l'heure actuelle parce qu’il y a toujours avoir quelques accrocs, dans un nouveau bâtiment pendant la période de construction. Nous devrons avoir été dedans pendant au moins deux ans avant de pouvoir donner le coût exact. Mais en tout et pour tout, cela a été une expérience extrêmement positive qui a été approuvée et partagée par tous les membres de la communauté scolaire, les enfants, les parents, les responsables de la paroisse. Ils sont tous très, très positif à ce sujet.

Merci beaucoup

 

De rien